Plus loin dans la rubrique vit’actus, nous vous parlions du cloud, de la dématérialisation des entreprises et à quel point cela avait révolutionné notre organisation au bureau. Tout est conservé sur un Cloud géré par le fournisseur… c’est la que certaines problématiques apparaissent. Puis-je migrer d’un fournisseur à un autre facilement ? En réalité, certains fournisseurs essaient tout simplement de mettre des bâtons dans les roues de leurs clients pour les dissuader de partir, et les clients le voient bien. Ces derniers sont parfois obligé de rester bien que les conditions ne les satisfont pas complètement, car ils trouvent la migration trop contraignante.

Ces questions de migrations qui refroidissent les entreprises se résume en cette appellation : le « Supplier lock-in », supplier voulant dire fournisseur, et lock-in enfermé au verrou. Ainsi, le supplier lock décrit la situation dans laquelle un client ne peut passer d’un fournisseur cloud à un concurrent facilement faute de contraintes imposées par le premier. Ces contraintes touche directement à la liberté du client. Ces problématiques provoquent aujourd’hui des réticences chez les entreprises à avoir recours au Cloud, ou les empêchent d’en profiter pleinement. Ce qui est pourtant vital pour rester compétitif.

Point de vu des fournisseurs

Ce processus long et contraignant de migration n’est pas anodin. En effet, les fournisseurs craignant de voir partir leurs clients, rendent de manière volontaire le processus pénible pour les dissuader de partir.

Point de vu du client 

Tout d’abord, comme nous l’avons dit, une entreprise a recours au Cloud pour gagner en productivité, (travaille à distance, synchronisation des données, réduction des coûts, etc…). Cependant le « lock-in » constitue souvent un obstacle à cette migration. Le « lock-in » représente les contraintes liées ou qu ‘impose le fournisseur une fois la migration effectué : ces contraintes sont complexes, elle prennent la formes de bâtons dans les roues lorsque le client veut migrer vers un autre Cloud par exemple. En effet, le processus d’extraction est si contraignant que les entreprises clientes préfèrent rester que d’affronter ces contraintes. Ces dernières sont réelles.

 

Le problème de la migration

Le processus de migration fonctionne de la manière suivante : pour ce faire, le client doit d’abord extraire ses données de son fournisseur lui même vers son environnement à lui. Pour ensuite transférer ses données -une fois récupérées chez lui- chez son nouveau fournisseur Cloud.

Le problème est que bien souvent les entreprises se sont débarrassé de leur infrastructure informatique nécessaire au stockage de données après avoir migré sur le Cloud. Ce qui fait qu’elles ne peuvent plus récupérer leurs données chez elles. Et seulement après avoir récupéré leurs données, peuvent elle les transférer vers leur nouveau fournisseur. Mais surtout, le processus est d’autant plus contraignant du fait que les données ont sans doute été transcrites dans un autre langage par souci de compatibilité avec lors du premier transfert. C’est pourquoi lorsque les données sont récupérées par le client, elles doivent lui être remise dans leur forme originel, si non, elle vont nécessité un certain nombre de manipulations avant de pouvoir être transférées vers le nouveau fournisseur. Ou alors, une série de copie des données devra être effectué. De plus, (pire encore) il se peut que le fournisseur Cloud n’aie même pas de fonctionnalité d’extraction, c’est à dire qu’il ne pourrait pas extraire les données sans les endommager.

En tout, tenant compte de toutes ces contraintes, il faudrait environs quelques semaines de travail pour effectuer un tel transfert.

 

Nos conseils

main-lock-down-the-cloud

La solution pour éviter les mauvaises surprises est donc de toujours demander à son fournisseur, avant de signer tout contrat, « comment peut-on récupérer ses données du Cloud plus tard si je ne souhaite plus collaborer avec vous, vous en chargez-vous? » Vous pouvez aussi vous assurer que vos données soient sauvegardées dans un format physique par précaution.

Mettre en place une chart de standardisation des services Clous inciterait les fournisseurs à suivre cette ligne directrice.